top of page

Connaître Jésus pour grandir et s'épanouir !

Si nous sommes engagés dans un ministère au sein de notre église locale ou de notre union d’églises, nous avons sans doute le désir que celui-ci rende gloire à Dieu le Père et à Jésus-Christ.


Il n’est pas toujours évident de mesurer « la réussite » d’un ministère ou d’un service. Le simple fait d’y réfléchir reste parfois un exercice périlleux : nous ne voulons pas devenir orgueilleux et voler à Dieu la gloire qui lui revient. Mais nous devrions cependant questionner sincèrement et ouvertement notre service envers notre Père et notre Sauveur, afin de savoir comment être de bons et fidèles serviteurs.

Paul nous donne en Ephésiens 4.11-16 quelques pistes de réflexion afin de mieux servir Dieu.




1)     Vivre l’unité de l’Esprit

Il commence son propos en rappelant tout d’abord l’amour et la grâce de Dieu à notre égard : nous sommes unis les uns aux autres car Dieu nous a donné un seul et même Esprit lorsqu’il nous a sauvés.


Nous devons donc nous efforcer de conserver l’unité créée par l’Esprit-Saint, dans l’union avec Jésus. Au niveau local, Paul rappelle que nous sommes appelés à nous conduire de façon digne de l’appel que Dieu nous a adressé lorsque nous avons entendu et répondu à l’Evangile. Ceci se caractérise par l’humilité, l’amabilité, la patience et l’amour envers nos frères et sœurs dans l’église.


La paix instaurée par Jésus doit nous conduire à travailler à la conservation de l’unité. La maturité spirituelle se voit à notre faculté à fournir tous nos efforts pour vivre en paix avec les membres de notre église locale. Nous sommes un même corps, animés du même Esprit, appelés par le même Dieu et ayant une même espérance. Tout nous rapproche et tout nous lie les uns aux autres. Et Dieu nous soutient par son Esprit afin que nos efforts ne soient pas vains.


Un service efficace pour le Seigneur ne peut exister sans une véritable union et un véritable amour entre les membres du corps de Christ. Jésus demandait à son Père que nous puissions être un comme il était un avec son Père. (Jn 17.21)

Jean écrivait « Si quelqu'un prétend aimer Dieu tout en détestant son frère, c'est un menteur. Car s'il n'aime pas son frère qu'il voit, il ne peut pas aimer Dieu qu'il ne voit pas. D'ailleurs, le Christ lui-même nous a donné ce commandement : que celui qui aime Dieu aime aussi son frère. » (1 Jn 4.20).


La réussite d’un ministère ne se mesure alors pas à la gloire personnelle du serviteur, à sa popularité ou à ses « exploits ». Un ministère réussi, qui porte du fruit à la gloire de Dieu, est un ministère effectué par amour pour les croyants.


Mais pour vivre l’unité il n’est pas uniquement question de l’Esprit Saint et de nos efforts personnels. Pour Paul, l’unité déjà existante par l’Esprit se doit d’être pourtant acquise, dans une certaine mesure.


2)     Acquérir l’unité doctrinale

Les croyants sont appelés à parvenir ensemble à l’unité dans la foi et dans la connaissance du Fils de Dieu. Dans les églises locales, tous nos membres ne sont pas au même stade de leur développement spirituel.


Il n’est pas rare d’avoir dans nos assemblées des nouveau-nés spirituels requérant d’être nourris avec le « lait spirituel » de la Parole de Dieu, assis à côté de croyants de longue date ayant besoin de « nourriture solide ».


Pourtant, la perspective est la même pour chacun : devenir spirituellement adultes, atteindre un stade où la plénitude qui nous vient de Christ peut se manifester réellement.

Cette plénitude, Paul la présente quelques versets plus tôt (3.17-19) comme le fait d’être attachés et fondés, « bien assis » en Christ, conscients de son œuvre et de son amour, entièrement dépendants de lui pour tout. La foi doit nous amener à un attachement toujours plus grand pour Jésus, cette relation avec lui nous permettant de mieux prendre la mesure de son amour infini pour nous.


C’est ce que Dieu veut pour chacun de nous individuellement, mais c’est aussi ce que nous devrions souhaiter et donc demander à Dieu pour nos frères et sœurs car c’est « avec tous ceux qui appartiennent à Dieu » que nous sommes appelés à progresser ainsi.


L’unité doctrinale est primordiale car c’est elle qui nous permet de grandir à tous égards, c’est-à-dire dans toutes les facettes de notre vie et de notre personne, dans la ressemblance à Jésus-Christ. Romains 8.28-29 nous rappelle que devenir conformes à l’image de Jésus-Christ est le but du plan de Dieu pour nous.


Il serait bien ardu de devenir semblables à Jésus sans avoir une juste connaissance, une juste doctrine biblique. Et il serait bien difficile de prétendre à une quelconque unité dans l’église si chacun peut croire ce qu’il veut. L’Esprit Saint joue alors un rôle primordial, celui d’éclairer notre compréhension pour que nous saisissions, en théorie et en pratique, la Parole.


Malheureusement, Paul nous rappelle que la bonne et saine doctrine n’est pas garantie. Il existe des « hommes habiles à entraîner les autres dans l’erreur ». Il existe des églises qui n’en sont pas et qui ne proclament pas la vérité. Ceux qui écoutent ces hommes habiles et s’assoient dans les rangs de ces « églises » courent un double risque.


Le premier, c’est celui de rester de « petits enfants » spirituels, ne recevant pas une nourriture saine leur permettant de grandir. Le second risque, c’est d’être ballotés ça et là par de faux enseignements, éloignés du message apostolique et donc dangereux pour quiconque l’entendrait. Il n’est pas possible de grandir à la ressemblance de Jésus sans un juste enseignement de l’ensemble de la Parole.


Ainsi, il est important d’exprimer la vérité dans l’amour pour grandir vraiment à la ressemblance de Jésus. Ici, la vérité c’est la vérité du message de l’Evangile, en opposition au mensonge des hommes habiles précédemment cités.


Exprimer la vérité dans l’amour est primordial : seule la vérité de l’Evangile peut nous faire changer. Mais exprimée sans amour pour notre prochain, cette vérité peut blesser, décourager ou faire chuter.


Cette vérité, nous pouvons y avoir accès, l’entendre, la comprendre et l’appliquer nous seulement parce que nous avons l’Esprit Saint, mais aussi parce que Dieu dans son grand amour a fait cadeau à l’Eglise d’un ensemble de personnes capables de l’enseigner (Ep 4.11-12).


Par leur enseignement, nous sommes « rendus aptes à accomplir [notre] service » en vue de la construction du corps de Christ, de l’Eglise. Bénissons et remercions Dieu pour nos enseignants dans l’église, prions pour eux car leur tâche est aussi belle qu’elle peut être ardue.


Cet enseignement ainsi reçu nous permet de mieux connaître Jésus et donc de servir comme il se doit dans notre église locale (Ep 4.16).


Ainsi, l’unité de l’Esprit qui nous conduit tous doit nous amener à une unité doctrinale, à une même compréhension de l’Ecriture, notamment en ce qui concerne Jésus et son œuvre. En connaissant mieux le Christ, en étant affermis en lui, nous grandirons dans notre foi et notre amour envers lui, ce qui nous permettra de servir l’Eglise comme Dieu le veut, pour sa gloire seule. Puisse ceci être notre prière et notre profond désir.


  • Blaise Mandras, pasteur de l'Eglise du Val d'Yerres

Comentários


bottom of page