Développer les Leaders

Notre thème, cette année dans l'AEEI, est (globalement) « le développement du leadership ». Il ne s'agit pas seulement de susciter la relève pour avoir plus de pasteurs, même s'il y a un besoin croissant pour ce ministère. Mais il s'agit de développer le leadership à tous les niveaux dans la vie de l'Église locale, conformément à la vision d'Éphésiens 4.11-16.

 

Posons donc une première question : d'où viennent les responsables des différents ministères dans l'Église ? Se peut-il que nous soyons toujours tellement imprégnés par notre héritage culturel « chrétien » que nous avons du mal à voir que tous les membres sont appelés à des ministères dans la vie du corps de Christ ? Fonctionnons-nous encore (peut-être bien « malgré nous ») dans un mode « clergé-laïcs » où nous nous attendons que le pasteur « fasse tout » ou en tout cas, assume tout le fonctionnement de l'Église ? Ou bien, question peut-être plus troublante pour nous qui avons un rôle de direction : voulons-nous réellement « partager » le leadership avec d'autres, ou est-ce notre « chasse gardée » ?

 

Un constat, quelles que soient les réponses aux questions ci-dessus : que vous soyez « seul », dans un rôle de leadership dans l'Église, ou bien accompagné par d'autres, je suis presque certain de pouvoir affirmer que toutes ces autres personnes sont en train de fonctionner aux limites de leur temps et de leurs capacités. N'est-ce pas ? Ils ont leur travail, leur vie de famille, et puis, leur ministère dans l'Église. Ils sont déjà « surbookés », on ne peut pas leur demander plus.

 

Il y a donc besoin de plus de personnes qui s'engagent pour les différents ministères. Combien de fois arrive-t-il que quelqu'un qui sent un appel n'y répond pas ? Est-ce parce qu'on ne sollicite pas de l'aide dans ce domaine-là ? Peut-être encore pire, parce que la personne considère la future responsabilité comme « écrasante », trop contraignante, et donc « impossible » à assumer ? Pensez-vous, comme je l'ai pensé moi-même pendant assez longtemps, que les « futurs responsables » vont se manifester tout seuls ? Certes, cela peut arriver. Mais combien de fois, dans la Parole de Dieu, nous voyons qu'un responsable déjà en place, « invite » un autre à l'accompagner, à l'aider et qui le forme pour « passer la charge » par la suite? Suivons l'exemple de Moïse avec Josué, le prophète Élie avec Élisée, Jésus avec les 70 ou les 12 disciples, Paul avec Timothée, avec Tite, et avec un grand nombre d'autres hommes. En agissant ainsi, nous « démystifions » ce qu'est le ministère, le service. Nous permettons aux uns et aux autres de développer et de « révéler » leurs dons et capacités. Plus de membres du corps seront actifs, alors la tâche sera plus légère pour tout le monde. L'Église ne peut s'en porter que mieux.

 

Je vous invite donc, premièrement, non seulement à prier que le Seigneur suscite des ouvriers pour sa moisson, mais aussi, que Dieu nous donne des yeux pour voir qui, autour de nous, présente les capacités et le désir de servir, de répondre ainsi à l'appel de Dieu pour le servir dans son Église, à tous les niveaux de ministère. Prenons réellement au sérieux le rôle principal des responsables dans l'Église, comme Paul le dit en Éph 4.12, qui consiste à « former les saints aux tâches du service en vue de l'édification du corps de Christ ». C'est en invitant à servir, en accompagnant ces personnes, en les formant que nous sommes réellement serviteurs de Dieu. Soyons donc aussi serviteurs des autres, pour les équiper pour et dans le service du Seigneur, dans son corps, l'Église. Alors, bon courage, car Dieu demeure fidèle, et c'est lui qui nous équipe tous !

 

Henry Oppewall