Histoire de l'AEEI

Les Eglises protestantes évangéliques déjà bien installées en France, particulièrement à Paris, ont souffert de la deuxième guerre mondiale.

L’Eglise du Tabernacle, installée aujourd’hui rue Belliard dans le 18ème arrondissement eut des dommages importants qui s’aggravèrent aux heures mêmes de la Libération. Pillages, cambriolages et bombardements entre 1940 et 1944, jusqu’à la destruction à 80% du bâtiment de l’Eglise par la dernière bombe allemande lâchée sur Paris en août 1944.
Pourtant, c’est à ces heures sombres et difficiles pour tous que naquit l’AEEI de cette Eglise du Tabernacle. En effet, une Mission américaine, la TEAM, dans la dynamique du plan Marshall, vint aider les chrétiens évangéliques français à se relever. Deux ans après son arrivée sur le sol français, le missionnaire américain, Arthur JOHNSTON, se mit en contact avec le pasteur du Tabernacle, Jacques BLOCHER. Avec l’aide de Jules-Marcel NICOLE, professeur à l’Institut Biblique de Nogent-sur-Marne, ils fondèrent l’Alliance des Eglises Evangéliques Indépendantes, AEEI.
Très vite, de nouveaux missionnaires américains et des pasteurs français vinrent renforcer ce noyau. Des Eglises furent créées à Vitry-sur-Seine, Orly, Orsay et à Fresnes, ainsi que deux maisons de vacances, à Houlgate(14) et à Chamrousse (73). A la fin des années soixante dix, le travail d’implantation d’églises de l’AEEI s’est étendu dans l’ouest parisien et dans la région lyonnaise.


Aujourd’hui, un plan de développement est mis en place pour transmettre la foi chrétienne à ceux et celles qui ne l’ont pas encore. Ce plan s’articule ainsi : Paris/Normandie ; Paris/Val de Loire ; Paris/l’Auxerrois ; Paris/Picardie.

Histoire détaillée

 

 

Plus de 60 années au service de l'évangile

 

L’Alliance des Eglise Evangéliques Indépendantes, puis Interdépendantes en avril 2002, fait partie des "Jeunes Eglises de France", créées après la libération de 1945 par diverses sociétés missionnaires, en grande partie anglo-saxonnes dont certaines se repliaient de l’Afrique vers l’Europe à cause des guerres post-coloniales.

Ces jeunes églises issues de Missions étrangères constituent le 3e protestantisme français, à la suite des Eglises de la Réforme (XVIe – XVIIe siècle), et des réveils (XVIIIe – XIXe siècle). Elle se sont souvent établies dans des régions peu évangélisées de France, car pour elles, "la France est un pays de mission".

 

 

I- PREMIERS ESSAIS

 

1 – Le fondateur de la TEAM

Il a été un évangéliste suédois émigré aux USA, Fredrik FRANSON (1852-1908) qui a fondé la TEAM et une quarantaine d’autres missions. Il fut le contemporain et l’ami de D. MOODY, H. TAYLOR, G. MULLER, A.B. SIMPSON et bien d’autres grands leaders évangéliques du XIXe siècle. Il est dommage qu’il soit si peu connu en France.

 

2 – Premiers efforts

En 1886, F. FRANSON visita l’Europe et la France. Après avoir appris le français en Suisse, il fit de nombreuses réunions d’évangélisation et de réveil dans un arc géographique allant de Saint-Etienne à Lyon, Nîmes, Marseille, Toulouse, Tarbes, Pau, Bordeaux jusqu’à Moncoutant (Deux-Sèvres). Des journaux anglais de l’époque relatent qu’il a été le moyen de nombreuses conversions. Puis, il a continué son voyage autour du monde par les Vallées Vaudoises du Piémont, le Proche et l’Extrême Orient. Mais si ces réunions ont fait du bien aux églises invitantes, elle ne permirent ni la création d’un comité missionnaire, ni de nouvelles communautés rattachées à la TEAM.

 

3 – Deuxième essai

Après la 2e guerre mondiale, le Dr David H. HOHNSON, directeur général de la TEAM, fit un voyage en Afrique en 1950. A son retour, il visita l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la France. Dans son rapport de voyage, il écrivit : "Une personne née en France a moins d’occasions d’entendre l’Evangile et d’être sauvée que quelqu’un né au cœur de l’Afrique." La TEAM décida alors de s’implanter en France. Les David BARNES, Arthur et Rodney JOHNSTON et les JESBERG, et leurs épouses furent les premiers candidats pour la France en 1951.

 


II - IMPLANTATION DE LA TEAM EN FRANCE

 

Dès 1952, les deux couples Arthur et Rodney JOHNSTON arrivèrent en France et s’installèrent en Région Parisienne. Ils organisèrent beaucoup de groupes de jeunes, de rallyes et de camps de vacances, et eurent de beaux résultats. En 1956, ils rentrèrent aux USA en congé. A leur retour, ils eurent la tristesse de voir que les groupes de jeunes avaient disparu, les quelques églises évangéliques existantes n’avaient pas fait le "travail de suite". La mission décida alors la création d’églises pionnières dans notre pays.

 

Entre temps, les BARNES avaient occupé la direction de l’ "Institut Biblique Européen" à Chatou, et les JESBERG celle de la "Ligue du Testament de Poche". Les AERNI, chassés d’Espagne, avaient commencé une œuvre à Béziers dans la communauté espagnole (1957), puis les HALVORSEN à Tarbes (1957). Ces efforts devaient disparaître par la suite.

Un premier groupe fut fondé à Vitry-sur-Seine en 1953, un autre à Villeneuve-le-Roi en 1956, avec les frères JOHNSTON, puis un autre à Orsay-les-Ulis avec les GEIGER et Louise LAZARD en 1956. Les Yvan PETERSON qui habitaient à Fresnes et s’occupaient de la petite église de Vitry fondèrent un club d’enfants et de jeunes, puis une église, dans leur maison de Fresnes.

 

En 1965, les Ken BEACH reçurent un appel pour ouvrir un poste d’évangélisation à Lyon (sur la route des camps de jeunes (hiver et été) au Praz-de-Lys (Haute-Savoie)). Ils furent aidés par Nancy CECERO.

 

 

III – L’ASSOCIATION CULTUELLE A.E.E.I.

 

Bientôt, il fut nécessaire d’acheter un local à Vitry et un terrain pour construire à Orly. Une association cultuelle fut donc créée en 1958 et supervisa légalement les activités d’évangélisation. Elle prit pour modèle l’église Baptiste du Tabernacle à Paris.

 

Au moment de la création administrative de l’AEEI, l’aide du Professeur Jacques BLOCHER a été très appréciable. Il fut le premier président d’honneur de l’AEEI et c’est lui qui proposa notre nom "AEEI". Son collègue, le Professeur J.M. NICOLE fut élu membre d’honneur de l’Association et, avec le Professeur Henri BLOCHER, deux de ses premiers membres francophones, c’est avec joie que ces personnalités ont accepté que l’AEEI utilise les statuts, confession de foi et règlement intérieur de l’Eglise Baptiste du Tabernacle à Paris, comme document administratifs de l’AEEI.

 

N’étant pas moi-même "indépendantiste" (le terme "indépendant" n’est pas biblique et peut être dangereux dans un pays comme la France !), j’ai demandé un jour au Professeur Arthur JOHNSTON pourquoi J. BLOCHER avait proposé un tel titre. Il m’a répondu qu’il ne s’agissait pas d’indépendance de type "congrégationaliste", mais d’indépendance par rapport à la "Fédération Protestante de France" ! Effectivement, l’AEEI a été l’une des premières organisations à entrer dans la "Fédération Evangélique de France" après sa fondation en 1969.

 

Notons aussi que c’est grâce à l’influence de la "Mission Biblique en Côte d’Ivoire" et de l’église–mère du Tabernacle que fut organisé le "1er Congrès Biblique et Missionnaire" de l’AEEI. Celui-ci se réunit toujours chaque année.

 

A mesure que de nouvelles associations cultuelles étaient créées (Vitry, Orly, Fresnes, Orsay, etc…), il devint nécessaire de transformer l’Association de personnes AEEI en une Union d’Associations Cultuelles, ce qui fut fait en 1979 – les statuts furent révisés en 1988, 1992 et 1995.

 


IV – EXTENSION DE L’OEUVRE

 

De l’église d’Orly/Villeneuve-le-Roi sortit l’église de Créteil en 1971 (Les R. LEHNER), puis celle d’Epinay-sous-Sénart en 1972 (C.& H. SIOUNATH), Morangis – Longjumeau (J. & L. LANG), Evry en 1975 (T.& C. HARRIS) Brunoy en 1967 (M. & M. SIOUNATH), et enfin en 1980 Vigneux-sur-Seine (D.& P. BORDREUIL et P.& K. DAVIS) et en 1981, Savigny-le-Temple (C.& B. JARRIN). De Longjumeau : Brétigny-sur-Orge (J.C.& B. RELLIER, Ed & B. FRIEDMAN & Carol WILSON).

 

Un accord de collaboration avec la "Ligue Biblique Française" permit le rattachement de l’église de Franconville (1981), Nogent-sur-Oise (1983). Avec l’Union Chrétienne Biblique : Grenoble (1993), Rueil-Malmaison (1987). Avec la World-Team, : Cergy-saint-Christophe (1995).

 

En Région Rhône-Alpes furent également fondées L’Arbresles (1984) (J.& M. GLASS, D.& M. KUEHL, E.& B. FRIEDMAN, C. WILSON), Brignais (1990) (M. & M.J. DESCHEEMAECKER).

 

Enfin des missionnaires TEAM fondèrent ST-Quentin-en-Yvelines (R.& N. VAJKO & W. & W. GEIGER) qui à leur tour organisa Montigny-le-Bretonneux et Cressely (R.& M. FOUX & B.& B. BOGGESS). POISSY/St-Germain-en-Laye/Chambourcy (I.& D. PETERSON), Senlis (D.& M. KUEHL), Mennecy (D.& E. VAJKO & T.& P. BASSETT).

 

Notons enfin que quelques postes créés furent fermés pour des raisons diverses : Brunoy (jumelé à Epinay-sous-Sénart), le Plessis-Robinson, Evreux, Nogent-sur-Oise, Paris Intra-muros, St Jean-de-Braye, Eaubonne, Grenoble.

 


V – « LES AMIS DE L’AEEI »

 

Une association jumelle fut organisée pour l’achat de la "Maison Evangélique" d’Houlgate (1965), puis du "Centre Evangélique" de Chamrousse (Haute Savoie)en 1981. L’Eglise d’Houlgate, animée par M. DESCHEEMAECKER, directeur de la M.E. fut déclarée légalement en association cultuelle. Actuellement, ces deux maisons de vacances ont dû être vendues et l’association a été dissoute.

 


VI – ŒUVRES DIVERSES

 

En 1977, "Jeunesse Maranatha" fut fondée en Association 1901 pour les activités de jeunesse. 
En 1981 "Diaconat – AEEI" fut déclaré aussi en association 1901 pour l’aide sociale des églises envers les défavorisés.
En 1970, le "Séminaire Biblique Décentralisé" fut également organisé par plusieurs missionnaires (R. VAJKO, W. GEIGER, etc…) pour la formation d’anciens d’église et de futurs pasteurs. 
En 1993, sous la direction de T. BLANCHARD, les cours ITEA ont pris le relais sur une base inter ecclésiastique - représentant AEEI : J.C. RELLIER. 
En 2001, l’Association Pastorale comme employeur des pasteurs et autres serviteurs à mi-temps.

 


CONCLUSION

 

Pendant des années, l’AEEI a créé un poste d’évangélisation par an, grâce aux missionnaires TEAM et LBF. C’est une croissance exceptionnelle.

Depuis les années 1990, le nombre des missionnaires a diminué et la TEAM focalise son travail sur la région Rhône-Alpes. La croissance de l’AEEI s’en est beaucoup ressentie.

La crise des vocations est réelle : plusieurs pasteurs et missionnaires nous ont quittés et les vides ne sont pas comblés. L’AEEI a besoin d’un nouveau souffle, et nous prions pour cela.


Daniel BORDREUIL (Ancien Président)