Vivre la Reconnaissance...

« Et soyez reconnaissants ! » (Colossiens 3 : 15b)


Une planète en danger, des incendies, des catastrophes naturelles, des conflits entre les nations, une inflation qui grossit sans cesse, des disputes partout, des affaires troubles dans le sport et dans les églises … Dans cette ambiance délétère, il faudrait être reconnaissant ?[1]



Il est vrai qu’il est difficile de trouver de quoi se réjouir dans cette société qui régresse. Le stoïcien Epictète (50-125 ap. JC) a positivé cette situation chaotique par ces mots : Décide de vouloir ce qui arrive et tu seras heureux.

Je ne suis pas « stoïque », non, mais je crois que la reconnaissance peut être moteur dans l’échec ou l’épreuve. Paul parle aux chrétiens de Colosses d’une attitude de reconnaissance qui les aiderait à persévérer dans la prière (Col. 4 : 2).


Il m’a été demandé de traiter du sujet « Vivre la reconnaissance », pourtant j’ai choisi « Soyez reconnaissants » comme sous-titre. Si je vis, c’est que je suis. L’être et le mouvement font à chaque instant de vie mon identité et son accomplissement. La reconnaissance est donc une partie de moi-même.


1. Notre raison de vivre la reconnaissance :


Notre Dieu « elohim » a créé l’univers dont notre terre avec les trois genres d’êtres vivants : végétal, animal, humain. Mais on le sait par le psaume 139, que « c’est toi (Dieu) qui a formé mes reins, et qui m’a tissé dans le ventre de ma mère … ». Comment ne pas reconnaître que le Seigneur est l’artiste par excellence quand on étudie d’un peu plus près le corps, l’âme et l’esprit de l’homme ?!


Nous pourrions louer Dieu avec Jean lorsqu’il proclame à Dieu « Tu es digne de recevoir gloire, honneur, et puissance, car tu as créé toutes choses qui existent par ta volonté » (Apocalypse 4 : 11) !


Il n’a pas seulement créé le monde, il soutient chaque personne dans sa vie. De nombreux textes le confirment. Il assiste la veuve, l’orphelin, le pauvre, l’étranger, le malade, et il garde les pas de ses bien-aimés (1 Samuel 2: 9) …


Et puis, bien au-delà de notre protection, il n’a jamais faibli dans l’annonce de son salut pour « tous les hommes » (1 Timothée 2: 4) à travers le don de Christ. Oui, il nous a sauvés en Jésus-Christ (Ephésiens 2: 8-10). C’est le plus grand des miracles, la marque de Son amour pour nous ! Louons-le parce qu’il nous a écoutés, secourus, délivrés de nos péchés (Esaïe 59) ! Il est notre berger, nous sommes son troupeau (Jean 10) !


On le sait : DIEU NOUS AIME comme il aime Sion (Esaïe 62), oui, nous faisons la joie de notre « fiancé » (v.5) !!!


2. La personne de Dieu nous pousse à vivre la reconnaissance :


Louer Dieu, c’est « reconnaître qui il est ». Chacun connait le fameux « Dieu est amour » de l’apôtre Jean. Si nous devons lister tous ses attributs, nous trouverons parmi eux : trois fois saint, miséricordieux (prêt à pardonner), doux et humble de coeur, créateur, tout-présent (omniprésent), tout-puissant (omnipotent), tout-sachant (omniscient), bon, accueillant, vérité, patient, justice, éternel, sauveur, seigneur, père, etc.


Ta sainteté fait de nous des saints (1 Corinthiens 3: 17 / 1 Pierre 2: 5) ! Merci Seigneur !

Ta miséricorde nous fait entrer dans la grâce du pardon (Proverbes 28: 13 / Matthieu 6: 12 / Luc 23: 34) ! Merci Seigneur !

Ton humilité nous fait triompher de l’orgueil et nous permet d’être tes serviteurs et les serviteurs de notre prochain (Jean 13: 1-17 / Matthieu 20: 28 / Philippiens 1: 1) ! Merci Seigneur !


Chaque attribut de Dieu produit un effet dans notre vie. C’est pourquoi nous le louons !


« Tu es digne de recevoir gloire, honneur, et puissance, car tu as créé toutes choses qui existent par ta volonté » (Apocalypse 4 : 11) !

3. Ce qui nous amène à vivre la reconnaissance :


Louer Dieu, c’est « reconnaître ce qu’il (a) fait ». Il crée, agit, sauve, guérit, parle, rassemble, réconcilie, fortifie, et sanctifie … et il reviendra !

Chacun de nous pourrait dresser une liste des bienfaits reçus de la main de Dieu selon le Psaume 138. Tous les jours, nous recevons ses magnifiques bienfaits. Même les leçons qu’il nous donne lorsque nous avons échoué. Dieu est un merveilleux et efficace pédagogue. Ses exigences sont bienfaisantes parce qu’elles nous donnent un cadre pour réussir nos entreprises.


Les églises de notre Alliance (AEEI) pourraient aussi le faire :

Combien de fois ces assemblées auraient pu disparaître durant ces 70 ans passés, mais le Seigneur est toujours intervenu selon sa grâce et son plan ! Merci Seigneur !

Combien de fois les finances étaient au plus bas, et Dieu a pourvu ! Merci Seigneur !

Combien de fois nous étions sans force, pourtant Dieu nous a renouvelés comme l’aigle d’Esaïe 40 ! Merci Seigneur !


Si chacune de nos assemblées établit une liste de reconnaissance, je suis persuadé que nos réunions de prière vont être dynamisées. La reconnaissance pousse à l’enthousiasme, et génère des actions fortes. Ce n’est pas écrit comme cela dans la Bible, mais je crois que des gens comme Josué ou Caleb vivaient la reconnaissance.


Je pense à Samuel qui a manifesté sa reconnaissance en la signifiant par la pose d’une pierre commémorative, en disant : « Jusqu’ici l’Eternel nous a secourus !… » (1 Samuel 7: 12). Je dis AMEN !


En conclusion, nous avons une bonne raison de vivre la reconnaissance en louant Dieu pour Sa Création, pour ce qu’il est et ce qu’il fait. Tout nous amène à Le remercier :

« Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur !

Je le répète : Réjouissez-vous ! …

… Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses, faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, dans UNE ATTITUDE DE RECONNAISSANCE …

et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce que l’on peut comprendre, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus-Christ. » (Philippiens 4: 4-7).


Alors, prêts pour répondre au défi des Ecritures « Soyez reconnaissants » en vivant la reconnaissance ?


Louis-Michel Fillatre

Pasteur de l'EPE de Bobigny


[1] Les citations bibliques sont toutes tirées de la Second 21.